Que Faire ?

by Le Crapaud et La Morue

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Que Faire ? via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days
    edition of 200 

      €8 EUR or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    1 vinyle 12" - pochette gatefold - Carton retourné
    Édition limitée 150 exemplaires.

    Includes unlimited streaming of Que Faire ? via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days
    edition of 150 

      €15 EUR or more 

     

1.
Les Bergers 07:43
(Que faire) Des Bergers Ils viennent une main tendue Ils tiennent la laisse de l’autre Ils disent qu’ils disent ce qu’il dit Mais l’autre lui se tait Ou se trompe Ou s’étouffe Alors qu’ils disent ce qu’ils disent tant qu’ils peuvent ! Il y a en nous cette voix qui s’élève Nous n’avons que faire des bergers Et des barbelés De l’homme providentialisé Et demain j’adhère Je me joins à ta colère Et c’est toute une vie derrière À tes mains inutiles Depuis qu’elles ont signé À tes joues qui se creusent À tes poignets usés Et comme tous les jours on erre Tous les jours on inflige Des dégâts dans nos liens Nous n’avons que faire des guerriers Et des coups donnés On sait que le chemin est ailleurs Par des sentiers sans balise Sans bagage, sans rien Il n’y a rien que l’on puisse tenir si haut Que ces gestes esquissés dans le noir Qu’un lendemain qui chante aujourd’hui Il n’y a rien que l’on puisse tenir si haut Ces gestes esquissés dans le noir brillent comme si on se voyait dedans Et toi dans ton cri, va savoir qui de nous deux se voit dedans L’enfant du désaide à qui rien ne nuit mais qui s’éprouve vivre Et puis sur son mur un miroir sait qu’on se voyait dedans Et toi dans ton cri l’enfant du désaide À qui rien ne nuit mais qui s’éprouve vivre Et toi tu t’épuises et ton manque se creuse Et toi, tu t’épuises et son manque te creuse Tous tes bourgeons s’amassent atrophiés sur le sol Et puis s’amenuise ta détermination
2.
Secondus 04:28
Ici, c’est la temporalité Comme on vit, il faut s’y habituer Chaque pas coûte et s’efface dans la nuit Chacun fuit, dort, revient, puis disparaît D’aucun s’estime assez pour en jouir, ici c’est la temporalité Là-bas c’est Là-bas c’est tout immédiatement Là-bas c’est Là-bas c’est et le jour et la nuit Là-bas c’est Là-bas c’est dur ou doux quand on veut Là-bas c’est Là-bas c’est géométrique Là-bas c’est Là-bas c’est un peu moins bien qu’ici en mieux Là-bas c’est Là-bas c’est loin mais c’est beau Là-bas c’est Là-bas c’est la dernière fois que je le dis Là-bas c’est Là-bas c’est rose pâle avec des reflets gris-bleu Là-bas c’est Là-bas c’est suffisamment loin d’ici Restez-là, avec une telle attitude qu’on pourrait croire au-delà que rien ne sert de courir.
3.
Chacun de nous prend ses jambes à son cou Et les noue Pour ne pas oublier Jour après jour s’ouvre le grand vertige Ça se fige Comme nos visages sur les clichés (que la chimie fait tenir) Mis bout à bout tous ces moments m’épuisent Ça se brise Et les éclats se répandent Chacun de vous croit qu’on meurt, mais c’est faux ! On s’en fout, en fait Nous, on n’est pas trop du genre cliché, ici, ouais.
4.
Venu d’ailleurs, alien ici, je me demande Comment appartenir au monde avec ma peau ? Elle est verte, en veux-tu ? Elle est verte, en veux-tu vraiment ? Elle est verte, en veux-tu ? Naître, inutile, perdu d’avance, je te l’annonce Que soit le bienvenu celui qui te dit : « tiens ! je te donne ma pomme. » Elle est verte, en veux-tu ? Elle est verte, en veux-tu vraiment ? Elle est verte, en veux-tu ? Mais qu’attends-tu, depuis ce matin Pour t’ouvrir et te rouler dans l’herbe ? Elle est verte, en veux-tu ? Elle est verte, en veux-tu vraiment ? Elle est verte, en veux-tu ? (L’enfant défaillant) Je suis l’enfant défaillant, avec un goût de fer au bout de la langue Je suis l’enfant défaillant de la Terre Et j’aime user ma mère Je suis celui qui attend Avec des mots qui se perdent comme des claques Je suis l’enfant qui a besoin qu’on le calme En l’absence de saint, sans Vénus allumée En moi s’ouvre un cratère Et c’est lave où l’on brûle
5.
On était là, l’un à côté de l’autre On n'avait rien On n'avait rien d’autre à faire Que de se tenir la main On était bien On avait pris de la drogue Je ne vous en dirais pas davantage Mais le ciel était là, sous nos pieds Je vous laisse alors imaginer On était loin Il n’y avait rien pour nous tenir au sol On avait le vent et le courant Avec nous les fils s’électrisent Pour un peu, la mer s’étalerait Comme un lit où l’on pourrait s’aimer Et des hommes femmes devenaient doux Dans leur main la paume, c’est tout comme, c’est tout comme Des années de sel, et du rhum, et du rhum Et des hommes femmes s’amarraient… Derrière une haie de bambou, lauriers bas fleuris roses S’étend une plaine indécise Dont je voudrais vous dire ce qu’il me souvient Ses bords se plongent dans la mer On n’y voit point de limite (Je fais le point sur le site) Des coraux décorant des murs d’eau soupèsent nos brasses-papillons Au fait, je voulais vous parler de la plaine En fait, c’est un champ de mines Partout s’égarent les débris épars De ces explosions indolores On n’en craint pas les éclats Au contraire, on se réjouit Comme des brebis sans maître On vient ici se repaître Volontairement égaré.e.s
6.
Post-Extra 03:57
7.
Deux Portes 09:31
Pendant que tu te stockes les dividendes, la première porte craque et c’est deux villes en une Tu crois que le monde se divise en deux catégories, mais c’est l’inverse Et c’est ton propre sang que tu déverses Tu crois que le monde se divise, mais il tient à l’unité Laisse de côté ce que tu crus, c’est du tout cuit, il te faut du neuf Tu crois que le monde se divise Si tu perds tes esprits, sois sans inquiétude, on les retrouvera À rester indécis, c’est le sort de ta classe qui glisse entre tes doigts « Approchez ! V’nez ici ! » Sur le pas des deux portes, on leur tint ces mots-là Devant vous, deux portes identiques Toutes les deux assez cadenassées Pour tenir un siège, un déluge Mais l’une d’elle, je sais, peut céder Attendez mes ordres pour agir À mon top prenez l’autre porte Si cette porte est close, attendez Que quelqu’un vous dise d’avancer C’est une danse exquise quand on sait Qu’elle est née d’incises, dans les plaies Des esclaves s’y sont essayé Y a leur sang, encore, sur le seuil Si tu perds tes esprits, sois sans inquiétude, on les retrouvera À rester indécis, c’est le sort de ta classe qui glisse entre tes doigts
8.
L'Ascension 04:08
L’ascension est un leurre de l’eau qui s’écoule de nos corps vidés par la chaleur L’ascension éteint leur ambition d’atteindre le désert dans le cœur L’ascension est un leurre de l’eau qui s’écoule à petit flux de bonheur dans la roche

about

Avec ce 2e LP, Le Crapaud et La Morue poursuit son travail d'appropriation et de déconstruction du rock entamé sur Franche Camaraderie en 2018. La formation aux multiples facettes (à l’origine d'un EP hip-hop sorti plus tôt cette année…) a perfectionné son son, à la fois plus limpide et abrasif (l'album a été enregistré et mixé par Charly Lambert, déjà aux manettes pour le 1er album), soigné ses compositions en alternant de longues pièces labyrinthiques et de courtes missives efficaces, donné plus de place au chant et à la parole, en chœur ou en crooner, pour ramener l'auditeur à sa condition d'humain ou le faire voyager dans des espaces imaginaires, et toujours, partout, met à la surface des vibrations, cette guitare, puissante, facile, chercheuse ou déglinguée, cette guitare, comme un étendard anar, pour ce navire sans capitaine, sans cap et sans amarre.

Noise rock, post-rock, indie-rock, prog-rock, rock français… difficile de classer cette musique de manière définitive. Depuis son berceau sarthois, Le Crapaud et La Morue s'abreuve de rock certes, mais aussi de toutes les musiques aventureuses, s’en gave, s’en grise et restitue, la tête pleine de sonorités bigarrées, de vapeurs d'alcool et de fumées, une musique vivante et spontanée, avec le sens du décalage et du second degré, pour des oreilles hérétiques et des corps abandonnés.

Que Faire ? Telle est la question qui, jour après jour, semble nous hanter. Un début de réponse est ici apporté : volontairement s’égarer…

credits

released October 20, 2020

Composé et écrit par Le Crapaud et La Morue

Enregistrement et mixage : Charly Lambert
Master : Cockpitmastering
Graphisme & Illustration : Sylvain de la Porte (sylvaindelaporte.com)

Production : Araki Records
arakirecords.bandcamp.com

Distribution numérique : Atypeek Music

Avec le soutien de :
Ganache Records,
Camembert Électrique,
Le Filtre à Sons,
IRM netlabel.

Licence Art Libre 1.3 (LAL 1.3)

license

tags

about

Le Crapaud et La Morue Pays de la Loire, France

Quatre mecs de la Sarthe qui distillent du rock, du noise et de la chanson dans le vieil alambic du grand père (sans aucune autorisation légale). Disponible dans tous les bons cavistes.

contact / help

Contact Le Crapaud et La Morue

Streaming and
Download help

Report this album or account

Le Crapaud et La Morue recommends:

If you like Le Crapaud et La Morue, you may also like: